Cirphles
�cole normale sup�rieure CNRS
> CRRLPM

Centre de Recherches sur les Relations entre Philosophie, Littérature et Morale

Créé au printemps 2006, ce Centre de recherche a pour ambition de promouvoir des projets transdisciplinaires enrichissant notre connaissance des relations entre littérature, philosophie et morale – ainsi que leurs interactions avec l’histoire des sciences.
Issu d’un pôle déjà constitué sur l’âge classique, le CRRLPM a pour particularité de rayonner, selon les sujets abordés, en amont, jusqu’aux sources antiques de la réflexion morale, et en aval, jusqu’aux problématiques contemporaines de l’éthique, en développant des activités communes avec le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC) et le Groupe Histoire-Philosophie-Sciences (GHPS).
Se plaçant au croisement de plusieurs disciplines, il a, pour ambition méthodique, de ne jamais dissocier ce qui relève de l’histoire des idées ou de la philosophie d’une part, et ce qui relève de l’histoire des formes, des genres, des styles, et des évolutions de la langue elle-même d’autre part.
Le Centre a tout d’abord reçu le statut de « Plan Pluri-Formation » pour la période 2007-2010, dépendant de la direction adjointe pour les Lettres. Depuis janvier 2010, le CRRLPM est devenu l’une des quatre composantes de l’Unité de Service et de Recherche CIRPHLES (USR 3308, CNRS-ENS) [1].
Problématiques générales
Deux types de questionnements sont articulés :
 
  • Littérature et philosophie  : comment déterminer les lignes de partage et les lieux de passage entre deux formes de discours qui, à l’âge classique, ne peuvent être ni totalement séparés, ni totalement confondus ? Comment philosophie et « littérature » agissent-elles l’une sur l’autre et avancent-elles ensemble, entre le crépuscule de la Renaissance et le siècle des Lumières ? Comment certains genres et traditions littéraires furent-ils liés à l’histoire de la philosophie, non seulement à celle de ses modes d’énonciation, mais aussi à celle de ses objets et de ses fins ? Inversement, comment certains points saillants des débats philosophiques furent-ils liés au statut même de l’activité littéraire dans la « République des Lettres » ? Littérature ou philosophie : comment interpréter, par ailleurs, les incertitudes ayant affecté la réception de bien des textes ? et comment ces questions ont-elles évolué (au point de devoir être reformulées en des termes différents, notamment en ce qui concerne le concept même de « littérature » et ses variations au sein de formations discursives et de configurations épistémiques diverses), selon les moments envisagés, entre Age classique et époque contemporaine ?
 
  • Littérature et morale  : il s’agit de reposer dans la longue durée une question très ancienne, qui n’a cessé d’accompagner l’histoire de la « littérature » elle-même depuis ses origines ; mais aussi de reformuler cette question en des termes nouveaux, à la croisée des évolutions significatives qui s’observent actuellement en matière de théorie littéraire et de philosophie morale. Cette question revient en force dans le paysage de la recherche internationale, en particulier aux Etats-Unis, chez des philosophes tels Stanley Cavell et Martha Nussbaum, ou des figures majeures de la théorie littéraire, comme Thomas Pavel, qui fait de la problématique morale un enjeu essentiel pour l’analyse des univers de fiction.
 
Vers de nouvelles synergies 
 
Au moment de la création du CRRLPM, les conditions optimales étaient réunies pour que se développe, rue d’Ulm, un important centre de recherche et de réflexion en ce domaine. Des synergies fortes, capables de renouveler les problématiques de manière originale et dans la longue durée, ont pu depuis cinq ans y être mises en œuvre, grâce à la proximité exceptionnelle des disciplines et des équipes de recherche. La proximité est également très grande (et nous souhaitons en tirer pleinement profit dans les années qui viennent) avec le Collège de France, membre de l’Association Paris Sciences et Lettres, dont plusieurs Chaires ont participé à ses activités sous des formes et à des titres divers. [2]

Depuis sa création en 2006, le CRRLPM a mis sur pied quatre séminaires annuels réguliers, articulés aux projets des différents membres associés et aux travaux de jeunes chercheurs. Il a également organisé ou co-organisé une dizaine de colloques et journées d’études, et un cycle de grandes conférences (y ont notamment participé Jonathan Littel, Julia Kristeva, Jacques Roubaud, Tzvetan Todorov, Michel Deguy) Il a publié une série déjà abondante d’ouvrages collectifs (voir infra).
Depuis son intégration, en 2010, à l’Unité de Service et de Recherche CIRPHLES, le CRRLPM a mis en place de nouveaux partenariats avec les autres composantes de l’USR, co-organisant avec elles des colloques et des livres, et mettant en place un séminaire de recherche commun (« Crises, progrès, changements de paradigmes : approches transdisciplinaires »), ainsi qu’un nouveau séminaire spécifiquement destiné aux doctorants travaillant sur des sujets à l’interface de la philosophie, des sciences, et de la littérature.
Conformément aux orientations mentionnées dans le contrat quadriennal en cours, ont été définis six axes structurant des projets communs de l’USR pour quatre ans [3]. Le CRRLPM est plus particulièrement associé au pilotage scientifique de deux d’entre eux :

  • « Approches transdisciplinaires des questions éthiques » (responsables Jean-Charles Darmon et Michel Morange)
  •  « Moments philosophiques, scientifiques et littéraires » (responsables Jean-Charles Darmon, Frédéric Worms et Elie During).
 
Par ailleurs, aux partenariats traditionnels du Centre (il travaille en réseau avec l’équipe « Littérature et philosophie à l’Age classique du CELLF 17-18 et avec l’Equipe Etats, Sociétés, Religions de l’UVSQ) s’en sont ajoutés d’autres, à l’échelle nationale [4] et à l’échelle internationale, donnant lieu à des collaborations régulières et à des séries de publications et de rencontres s’inscrivant dans la durée : c’est tout particulièrement le cas pour un « premier cercle » de partenaires constitué par :
 
- l’université de Chicago (deux colloques et une table ronde organisés en commun) ;
- l’université de Columbia (un second colloque est programmé pour 2012) ;
- New York University (un colloque a déjà été organisé, d’autres sont en cours de programmation)
- L’université du Piémont (Vercelli) et l’équipe d’historiens de la philosophie qu’y coordonne Gianni Paganini (qui est venu donner plusieurs séries de conférences au Centre – c’est également le cas de Barbara Carnevali - et a organisé une journée d’étude en collaboration avec lui lors de son séjour en tant que fellow à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris.
 

 


[1]Son point d’ancrage initial a été le séminaire « Littérature et morale » (Jean-Charles Darmon) qui se tient au département Littérature et langages de l’ENS depuis la rentrée 2005, en collaboration étroite avec l’équipe d’accueil « Etats, Sociétés, Religions » de l’UVSQ.

[2] Ont notamment participé aux activités du Centre (séminaires, programmes de recherche et colloques, publications collectives) : Antoine Compagnon (Colloque « Littérature et vanité : La trace de L’Ecclésiaste de Montaigne aux temps présents »), Michael Edwards (séminaire « littérature et morale »), Jon Elster (séminaire « littérature et morale »), Marc Fumaroli (séminaire « Figures de l’Otium », en collaboration avec J.-Ch.Darmon et le CRRLPM), Pierre Hadot (Colloque “Pierre Hadot et la philosophie française contemporaine : l’enseignement des anciens et l’enseignement des modernes”, organisé par le CIEPFC en collaboration avec le CRRLPM, juin 2007, et table ronde avril 2010), Michel Zink (séminaire « Figure de l’Otium »). 
 
[3] Les axes définis par le directoire de l’USR sont les suivants :
1 – approches transdisciplinaires du vivant (responsables :Michel Morange, Frédéric Worms)
2 – approches transdisciplinaires des questions d’éthique (responsables : Jean-Charles Darmon, Michel Morange)
3 –Epistémologie des nouvelles interfaces (responsables : Giuseppe Longo, Jean-Baptiste Joinet)
4 – Rythmes, techniques et sociétés (responsables : Vincent Bontems, Claude Debru)
5 – Moments philosophiques, littéraires et scientifiques (Frédéric Worms, Jean-Charles Darmon, Elie During)
6 – Figures et corpus contemporains (Michel Blay, Charles Alunni, Giuseppe Bianco) »
 
[4] Notamment, pour ce qui concerne les études théâtrales, on mentionnera des liens privilégiés (coorganisation de séminaires et de colloques) avec le Centre Représentation – Recherches théâtrales et cinématographiques (Paris Ouest) et l’Institut de recherche en études théâtrales (Paris III, IRET), 
 

 

 

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS